Engagez-vous, qu’ils disaient

enfant évite de faire ses devoirs

Engagez-vous, qu’ils disaient

Pour apprendre et se développer, un enfant doit s’engager et maintenir sa participation dans ses activités quotidiennes. Plusieurs raisons peuvent limiter son engagement dont la peur d’échouer et la faible tolérance aux difficultés. Découvrez comment nos ergothérapeutes peuvent vous aider à mieux accompagner votre enfant.

Le carnet de Julie

« Ma fille se désengage d’une activité dès qu’elle vit des difficultés. »

Avez-vous un enfant qui fait ça à la maison? Cesser de faire ce qu’il faisait dès qu’il y éprouve une difficulté ? Ou qui va éviter de s’y engager par peur d’échouer?  La maman que j’ai rencontrée aujourd’hui pour une première consultation vivait ça avec sa fille.  J’ai envie de vous partager les réflexions qui ont émergé de cette rencontre tout en vous illustrant le déroulement d’une rencontre de consultation à la Boussole familiale.

Définir le changement souhaité

En explorant la situation avec la maman, nous avons d’abord défini la situation qu’elle désirait atteindre : elle souhaitait que sa fille soit en mesure de vivre du plaisir dans des contextes où elle est en apprentissage et vit de l’inconfort.

Obtenir de nouvelles connaissances

Je lui alors partagé la réflexion suivante : pour être capable d’accéder à une zone de plaisir, il faut être en mesure de passer à travers l’inconfort tout en maintenant un niveau minimal d’engagement dans l’activité ou en s’y réengageant peu de temps après.

Si un enfant évite toujours de participer à une activité qu’il trouve difficile ou de s’y engager d’une façon positive, il est peu probable qu’il ressente du plaisir lorsqu’il réalise l’activité.

Rechercher des solutions

Ensemble, nous avons donc parlé de tolérance à la frustration, aux difficultés et à l’inconfort. Nous avons discuté de l’approche d’accompagnement à préconiser auprès de son enfant afin de l’aider à développer cette tolérance à l’inconfort. Nous avons aussi évoqué la résilience comme étant la capacité à rebondir sur les difficultés. 

J’ai proposé l’idée que lorsqu’on offre à nos enfants un accompagnement adapté pour les aider à augmenter leur tolérance aux difficultés et à l’inconfort, on les aide à développer le « muscle » de la résilience. Cette capacité va les aider à passer à travers les difficultés qu’ils rencontreront tout au long de leur vie.  Ainsi, prendre le temps de développer nos compétences parentales pour accompagner notre enfant à faire face à ses défis personnels est un investissement qui en vaut la peine.

Découvrir des stratégies et les personnaliser à la situation de votre enfant

Il existe de nombreuses façons d’aider son enfant.  Plusieurs stratégies gagnent toutefois à être personnalisées à l’enfant et au contexte.  Par contre, sachez qu’il existe plusieurs stratégies universelles que vous pouvez facilement appliquer dès maintenant. 

En voici une :

Demeurez proche de votre enfant lorsqu’il vit des difficultés et engagez-vous avec lui dans ce qu’il fait.

Lorsqu’il vit des difficultés, l’enfant a besoin de la proximité de son parent.  Il a également besoin que son parent s’engage avec lui dans ce qu’il fait.

Ce qui est intéressant c’est que cette maman avait nommé en début de rencontre qu’elle souhaitait que sa fille soit en mesure de demander de l’aide lorsqu’elle vivait des difficultés au lieu de commencer à se dénigrer.  C’est à ce moment qu’elle dit s’engager auprès de sa fille pour l’aider à surmonter ses difficultés.  Toutefois, elle arrivait trop tard pour briser le cycle de dénigrement et d’évitement puisque sa fille était déjà désengagée de l’activité.

Réfléchir à la situation de votre enfant en collaboration avec l’ergothérapeute afin de trouver des solutions

Ce qu’on a analysé à travers le processus réflexif qu’on a fait ensemble, c’est que sa fille demandait bel et bien de l’aide mais d’une façon que la mère ne le percevait pas.   La mère étant elle-même engagée dans une autre activité, elle ne décodait pas le « Maman!  Viens ici. » comme étant une demande d’aide formelle et demeurait engagée dans sa propre activité sans offrir la proximité dont sa fille avait besoin.

Il y avait donc une toute petite période pendant laquelle sa fille allait demander de l’aide au meilleur de ses capacités en disant « Maman ! Viens ici. ». Si sa mère manquait cette fenêtre d’opportunité, elle arrivait trop tard et ne réussissait pas à accompagner son enfant à surmonter l’inconfort ressenti pour ainsi revenir dans une zone de plaisir et de fierté. Sa fille n’était plus réceptive à son aide à ce moment-là, car elle s’était désengagée.

Se faire un plan d’action

La mère a donc décidé, entres autres choses, d’essayer d’offrir la proximité nécessaire à sa fille en offrant son aide plus tôt et ainsi espérer l’accompagner à passer à travers l’inconfort tout en maintenant son engagement et lui faire vivre du plaisir.

Faire le suivi de l’évolution

J’ai bien hâte de revoir cette maman et savoir comment évoluent les choses chez elle.  Peut-être aura-t-elle mis son plan à exécution et aura obtenu les changements souhaités.  Peut-être aura-t-elle observé quelque chose de nouveau chez sa fille ou dans sa propre attitude qui aura fait une différence.  Peut-être que cela n’aura pas fonctionné comme elle le souhaitait mais qu’elle aura réfléchi à une autre stratégie.

Peu importe les résultats, ce qui compte vraiment c’est le processus de changement dans lequel la mère s’est engagée et qui l’aidera à développer des compétences durables pour accompagner son enfant, c’est-à-dire observer, réfléchir, analyser et mettre en action des solutions.

Envie d’en apprendre plus?

Si, tout comme cette maman vous souhaitez obtenir un regard spécifique sur votre situation et celle de votre enfant et développer vos compétences parentales, n’hésitez pas à nous contacter pour discuter de comment nous pouvons vous aider. 

Vous connaissez quelqu’un qui vit des difficultés avec son ou ses enfants? N’hésitez pas à lui partager ce contenu.

Et l’ergothérapie dans tout ça

L’ergothérapeute, par son intervention, soutient et stimule les capacités de l’enfant à s’engager dans ses activités et à y participer d’une façon qui soit satisfaisante pour lui et sa famille tout en favorisant le développement de son potentiel.

Sans engagement ou sans participation dans les activités propres à son âge, l’enfant se voit privé d’opportunités de faire les apprentissages nécessaires à son développement.  L’opposition, l’agitation ou l’évitement produisent le même résultat lorsque le problème est chronique, c’est-à-dire de priver l’enfant d’opportunités d’apprendre et de se développer.

Les difficultés de comportement coexistent fréquemment avec les difficultés de développement.  Dans les deux cas, il est important de supporter le système nerveux de l’enfant et de l’aider à le réorganiser avec des stratégies adaptées à ses besoins. 

L’intervention de l’ergothérapeute permet donc d’augmenter la disponibilité et la réceptivité de l’enfant et d’amener un sentiment de sécurité qui favorisera l’engagement dans ses activités et l’apprentissage des comportements et des capacités attendus.

Texte

Texte de l’article

Texte

Texte de l’article

Laissez un commentaire

Publications récentes

Clinique d’ergothérapie pour enfants spécialisée dans la consultation en ligne, l’accompagnement aux parents et la prévention.

NOTRE MISSION : augmenter l’accès aux services d’ergothérapie, faire connaître notre profession et agir en prévention en venant en aide aux parents au moment où ils en ont besoin.

Clinique d’ergothérapie pour enfants spécialisée dans la consultation en ligne, l’accompagnement aux parents et la prévention.

NOTRE MISSION : augmenter l’accès aux services d’ergothérapie, faire connaître notre profession et agir en prévention en venant en aide aux parents au moment où ils en ont besoin.

Retour haut de page