Lorsqu’on vit avec un enfant qui a des difficultés de développement, il faut s’attendre à en voir de toutes les couleurs côté comportement.  Pour plusieurs de ces enfants, leurs difficultés à développer et à montrer leurs capacités peut produire des émotions intenses qui peuvent s’exprimer par des comportements négatifs ou indésirables.

Il n’est pas rare qu’avec nos yeux d’adulte nous portions davantage attention aux comportements visibles (la pointe de l’iceberg) et que nous oublions de penser à ce qui peut en être la cause (la partie invisible de l’iceberg, celle qui se cache sous la surface). 

Dans cet article, vous apprendrez grâce à une mise en situation pourquoi les enfants qui ont des difficultés de développement sont plus à risque de présenter des difficultés de comportements et vous découvrirez les principaux besoins qui peuvent se cacher sous la surface.

Mise en situation

Jules a 4 ans.  Ses parents le décrivent comme étant un enfant intelligent, curieux et très autonome.  Il aime faire les chose à sa façon et par lui-même.  Il a souvent des réactions intenses face à certaines choses comme le bruit et le soleil dans les yeux.  Il se bouche les oreilles lorsque ses parents utilisent un appareil électrique comme le séchoir ou le mélangeur et les gros bruits le font pleurer.  Il n’aime pas avoir les mains sales et ne supporte pas que ses vêtements soient mal placés.  Il est très dérangé quand ses bottes et ses mitaines sont mal ajustées et il peut passer un grand moment à tenter de les replacer.

Jules va à la garderie 5 jours par semaine.  Il s’agit d’une installation qui reçoit environ 80 enfants.  Son éducatrice le décrit comme étant un enfant calme qui s’occupe bien seul et qui participe bien aux activités de groupe qu’elle organise.  Il adore les livres et connaît beaucoup de mots pour son âge.  Il est très autonome dans la routine quotidienne et demande rarement de l’aide.  Elle n’a que de bons mots à son sujet sauf lorsqu’arrive le moment de s’habiller au vestiaire.  Jules semble alors se transformer et son éducatrice ne le reconnaît plus.

La pointe de l’iceberg

Lorsque Jules doit s’habiller dans le vestiaire rempli d’enfants, il devient agressif envers les autres.  Il leur crie après, les pousse et les frappe de façon inattendue.  Comme Jules est habituellement calme, son éducatrice est toujours surprise par ce comportement.  Comme elle doit s’occuper de 7 autres enfants turbulents, elle cherche un moyen rapide de changer la situation et intervient en lui disant « Voyons Jules!  C’est pas beau ça!  Arrête de frapper et habille-toi comme un grand. ».  Jules se met alors à pleurer et à crier et parfois il continue à frapper.  Son éducatrice le met alors en retrait pour l’aider à se calmer mais ça ne marche pas toujours.

Ce qui se cache sous la surface

Peut-être l’aurez-vous deviné, Jules est un enfant qui présente une hypersensibilité sensorielle.  Certains stimuli sont perçus de façon  trop intense par son cerveau et il y réagit avec des comportements hyper réactifs, c’est-à-dire avec des réactions disproportionnées en considérant le  contexte.

Lorsque Jules doit s’habiller dans un vestiaire rempli d’enfants, son cerveau est submergé par tous les stimuli ambiants.  Les garderies étant ce qu’elles sont, le vestiaire est bruyant et mouvementé.  Dans un tel environnement, l’enfant hypersensible rencontre un grand défi pour réussir à demeurer calme et concentré sur ce qu’il a à faire.  

Dans la situation de Jules, le défi est effectivement trop grand pour lui et il ne réussit pas à s’habiller.  Il se sent agressé par les autres enfants et lorsque l’un d’entre eux le bouscule par accident, il ressent une grande colère.  La seule solution qu’il a trouvée c’est de le frapper pour le faire sortir de sa bulle et faire cesser ce qu’il perçoit comme une agression.  Comme il sent que les agressions peuvent venir de tous les côtés, il est incapable de se concentrer sur ce qu’il doit faire et regarde ce qui se passe autour de lui avec une grande vigilance.

Dans le feu de l’action et face à un comportement inattendu, l’adulte est plus enclin à réagir avec une réponse de stress et à rechercher une solution rapide, comme par exemple en signifiant son mécontentement et en demandant à l’enfant de corriger son comportement.

Toutefois, même si Jules est normalement capable de s’habiller, il est incapable de le faire dans ce contexte.  Il vit de grandes émotions désagréables et il se sent démuni face à ce qu’il ressent dans son corps et dans sa tête.  Il ne comprend pas pourquoi il s’est fait chicaner alors que ce sont les autres enfants qui l’ont agressé et il ressent de l’injustice.  Ses émotions sont si fortes qu’elles finissent par se transformer en colère qu’il ne réussit pas à contrôler.  Et pour couronner le tout, il ne peut pas sortir dehors en même temps que les autres car il n’est pas prêt et il est en train de rater une activité qu’il aime.

Les besoins cachés sous la surface

Jules a besoin d’être rassuré par rapport à ce qu’il vit.  Ressentir des sensations ou des émotions très intenses peut être très insécurisant.  L’adulte par son état calme et son contact chaleureux peut l’aider à changer comment il se sent.  C’est ce qu’on appelle la corégulation.

Jules a besoin d’aide pour demeurer calme.  Un environnement plus prévisible comme un espace où il peut s’habiller en retrait des autres pourrait l’aider.  

Jules a besoin de se sentir confortable dans ses vêtements.  En l’aidant à être calme au moment de l’habillage, son cerveau sera plus disponible pour traiter les informations sensorielles et ainsi développer sa tolérance.

Jules a aussi besoin d’être soutenu dans la réalisation de son occupation (s’habiller) et ce même s’il démontre les capacités nécessaires pour le faire dans d’autres contextes.  Dans l’environnement du vestiaire, il est incapable d’utiliser son plein potentiel et de démontrer l’autonomie attendue.  Un petit coup de pouce pourrait faire une grande différence.

Les enfants se comportent bien s’ils le peuvent

Croyez-vous que Jules aurait volontairement agit de la sorte s’il avait eu les capacités de faire autrement?  Les recherches nous disent que non. 

« Les enfants au comportement difficile sont difficiles parce qu’ils ne disposent pas des moyens nécessaires pour ne pas être difficiles.  Les comportements difficiles surviennent lorsque les demandes adressées à l’enfant dépassent les capacités qu’il a pour répondre convenablement à ces demandes. »  Greene, Ross W., L’enfant explosif, Le Courrier du livre, 2017.

Ainsi, si un enfant a la capacité de faire ce qu’il lui est demandé, il le fera.  Pourtant, plein d’enfants sans trouble du développement sont décrits comme difficiles et opposants par leur entourage.  Pourquoi?  Parce qu’ils n’ont pas suffisamment développé certaines habiletés qui passent généralement inaperçues chez les gens qui les possèdent.  Il s’agit de la flexibilité mentale, les capacités d’adaptation, la tolérance à la frustration et la capacité à résoudre des problèmes.

Quels besoins se cachent derrière les comportements difficiles

Comment vous sentiriez-vous dans une situation similaire où vous essayeriez de gérer différentes pensées, sensations et émotions tout en vous faisant mettre de la pression pour faire rapidement une tâche ou un travail?  Peut-être vous sentiriez-vous envahi par des émotions vives ou un sentiment d’impuissance.  Peut-être ressentiriez-vous un faible sentiment de contrôle ou une faible confiance en vos capacités.  Peut-être cela vous aiderait-il d’obtenir un coup de pouce pour faire le travail ou que l’on reconnaisse que vous vivez un moment difficile. 

Dites-vous que c’est la même chose pour l’enfant.

Les besoins à l’origine d’un comportement indésirable chez l’enfant sont nombreux et diversifiés.  Pour les identifier, il faut d’abord prendre le temps d’observer la situation, le contexte et l’enfant et considérer ce qu’on lui a demandé de faire.  Nos observations nous permettront de faire des hypothèses que l’on pourra ensuite vérifier en posant des questions à l’enfant ou en lui proposant des stratégies adaptées.  S’il change son comportement avec le moyen proposé, il est possible que l’on ait mis le doigt sur le bon besoin. 

Voici une liste non exhaustive des principaux besoins se cachant sous les difficultés de comportement.

À noter que plusieurs autres besoins peuvent exister.

  • Avoir mal
  • Avoir faim ou soif
  • Avoir besoin d’utiliser les toilettes
  • Avoir besoin de sommeil
  • Avoir besoin d’une pause
  • Avoir besoin de calme
  • Avoir besoin de réconfort
  • Avoir besoin de se sentir compris, entendu ou soutenu
  • Avoir besoin d’être reconnu dans ce que l’on vit
  • Avoir besoin d’aide
  • Avoir besoin d’être rassuré
  • Avoir besoin de savoir que son parent est là pour lui
  • Avoir besoin de sentir qu’on est important et que l’on a de la valeur
  • Avoir besoin de prévisibilité et de constance
  • Avoir besoin de cohérence
  • Avoir besoin de comprendre
  • Avoir besoin de justice – de sentir qu’il a le même traitement que les autres
  • Avoir besoin de contact humain
  • Avoir besoin de sentir en contrôle
  • Avoir besoin de se sentir capable ou compétent
  • Etc.

Voici maintenant une liste des difficultés qui peuvent être à l’origine de difficultés de comportement

  • Difficultés de communication
  • Difficultés motrices
  • Difficultés de traitement de l’information sensorielle
  • Difficultés de fonctionnement exécutif comme par exemple de l’inattention, de l’impulsivité ou de la rigidité mentale.
  • Difficulté d’autorégulation
  • Difficultés émotionnelles
  • Difficultés psycho-affectives, comme par exemple de l’insécurité affective
  • Difficultés relationnelles et sociales
  • Difficultés cognitives ou d’apprentissage
  • État de stress
  • État de surcharge cognitive, émotionnelle ou sensorielle
  • Etc.

En conclusion

Un des principaux indices pouvant révéler la présence d’un trouble du développement chez l’enfant est la présence de difficultés de comportement.  Plusieurs causes peuvent être à l’origine des comportements difficiles et il peut être compliqué de les identifier.  Il existe de nombreux professionnels, dont les ergothérapeutes, qui peuvent vous aider à le faire.  En comprenant mieux ce qui se cache sous la surface, il sera plus facile de modifier votre approche et d’intervenir de façon à inciter votre enfant à changer.

Sources:

Greene, Ross W., L’enfant explosif, Le Courrier du livre, 2017.

Vous connaissez quelqu’un qui vit des difficultés avec son ou ses enfants? N’hésitez pas à lui partager ce contenu.

Et l’ergothérapie dans tout ça

L’ergothérapeute, par son intervention, soutient et stimule les capacités de l’enfant à s’engager dans ses activités et à y participer d’une façon qui soit satisfaisante pour lui et sa famille tout en favorisant le développement de son potentiel.

Sans engagement ou sans participation dans les activités propres à son âge, l’enfant se voit privé d’opportunités de faire les apprentissages nécessaires à son développement.  L’opposition, l’agitation ou l’évitement produisent le même résultat lorsque le problème est chronique, c’est-à-dire de priver l’enfant d’opportunités d’apprendre et de se développer.

Les difficultés de comportement coexistent fréquemment avec les difficultés de développement.  Dans les deux cas, il est important de supporter le système nerveux de l’enfant et de l’aider à le réorganiser avec des stratégies adaptées à ses besoins. 

L’intervention de l’ergothérapeute permet donc d’augmenter la disponibilité et la réceptivité de l’enfant et d’amener un sentiment de sécurité qui favorisera l’engagement dans ses activités et l’apprentissage des comportements et des capacités attendus.

Texte

Texte de l’article

Texte

Texte de l’article

error: Contenu protégé
Retour en haut

Merci pour votre inscription

Voici ce que vous devez faire :

Vérifiez vos courriels

Un courriel vous a été envoyé afin de valider votre adresse. 

Confirmez votre adresse

Cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans le courriel.

Recevez un courriel avec les infos

lorsque la date de la prochaine formation sera connue.

NOTE: Si vous n’avez rien reçu après quelques minutes, pensez à vérifier votre boîte d’indésirables. Il arrive parfois que notre courriel se retrouve là.

Merci pour votre inscription

Voici ce que vous devez faire :

Vérifiez vos courriels

Un courriel vous a été envoyé afin de valider votre adresse. 

Confirmez votre adresse

Cliquez sur le lien de confirmation qui se trouve dans le courriel.

Recevez votre cadeau

Il arrivera directement dans votre boîte de réception.

NOTE: Si vous n’avez rien reçu après quelques minutes, pensez à vérifier votre boîte d’indésirables. Il arrive parfois qu’il se retrouve là.